Trois pauvres petites chiennes…

Taille du texte > Agrandir | Réduire




Elles ont eu la malchance de naître dans un élevage non déclaré et de grandir dans des locaux sordides, juste nourries, sans vrai contact avec les êtres humains, jusqu’à ce que le propriétaire des lieux déserte brusquement, laissant à l’abandon de nombreux animaux, dont la justice ordonna la confiscation. La plupart d’entre eux, plus âgés qu’elles et ayant été élevés au contact des hommes, ou au contraire encore chiots, donc capables de s’adapter, purent être adoptés après une période de soins et de remise en confiance. Mais deux de nos trois petites chiennes étaient déjà presque adultes au moment de la saisie, et elles étaient nées au moment où l’éleveur avait cessé de s’occuper de ses bêtes autrement que pour venir leur apporter de la nourriture tous les deux ou trois jours. Nos trois sauvageonnes, gentilles mais craintives, ont progressé depuis leur arrivée au refuge, en septembre 2015

L’une d’elles s’enhardit même jusqu’à venir manger dans la main des bénévoles. Deux d’entre elles ont appris à jouer. Elles s’entendent parfaitement, sont fusionnelles et occupent le même box. Elles sortent ensemble dans la cour, s’approchent un peu si on a la patience d’attendre et de les laisser venir. Mais le refuge n’est pas le lieu qui convient pour leur permettre de progresser encore, et elles ne disposent pas d’assez de liberté.

Il leur faudrait un jardin ou un espace vert bien clos, une grande niche sous abri leur permettant un accès libre au jardin, et un protecteur qui trouverait sa récompense dans la satisfaction de savoir qu’il offre le bonheur à trois petites chiennes que la vie a maltraité.

Calie, épagneul croisé griffon à la robe truitée fauve charbonné, née en janvier 2015, Vitani, anglo-français tricolore née en octobre 2013, Chanelle, croisée griffon fauve charbonné, née en janvier 2015, sont toutes trois vaccinées et tatouées. Il sera procédé à leur stérilisation avant leur adoption. Elles ne savent pas qu’elles pourraient avoir une vie meilleure, mais nous l’espérons très fort pour elles.

FacebookTwitterGoogle+Email
Retour en haut