Actions et pétitions

Taille du texte > Agrandir | Réduire




1 | 2

Sommaire :

Campagne 2013 contre les abandons

Campagne-Abandons_2013

C’est l’heure de la balade, mais pour ce chien, ce sera la dernière ? avec son maître.

Pourquoi ? Parce que ce brave chien, qui n’a pas démérité, va être abandonné. En cette veille de vacances, il va partager le sort de milliers de chiens et de chats.

En diffusant ce message, notre volonté est claire : mettre un terme aux abandons, mais pas seulement. Nous voulons aussi que le maître de ce chien, ainsi que tous ceux qui prennent la décision d’abandonner leur animal, se rendent compte de la gravité de leur geste. Abandonner un être vivant n’est pas un acte anodin et sans conséquences.

Nous, association de protection animale, avons comme priorité la prise en charge, l’accueil et le bien-être des animaux en détresse. Mais notre rôle n’est pas de rassurer, et encore moins de déculpabiliser, les personnes qui abandonnent.

Un animal abandonné est un animal à l’avenir incertain. Dans le meilleur des cas, il mettra plusieurs mois à trouver une famille d’adoption, car il arrive dans la période la plus sombre, où les abandons explosent alors que les adoptions se font rares. Placé dans un box, l’animal va attendre, sans comprendre pourquoi il se retrouve derrière des grilles. Un animalier viendra le voir plusieurs fois par jour. Il sera bien nourri, soigné si besoin. En apparence, tout paraîtra acceptable. Mais pour l’animal, souffrance et détresse seront bien réelles, car il a tout perdu : foyer, affection, habitudes et liberté.

Chaque jour, nous nous mobilisons pour apporter soins et affection à ces animaux délaissés. Tout est mis en oeuvre pour atténuer le traumatisme de la séparation, compenser l’absence du maître et favoriser une seconde chance.

Pour faire face à ce souci récurrent, notre refuge a besoin de votre aide.

Aidez-nous à donner un avenir à ces bêtes qui ont eu la malchance d’appartenir à un mauvais maître.

La directive sur la vivisection : une honte européenne

Directive_vivisection

Directive_vivisection

Signez pour abolir l’expérimentation animale ! en vous rendant sur le site www.stopvivisection.eu

24 mars 2012 Marche pour les animaux : animal cobaye, animal produit, animal objet, animal esclave…

Organisée à l’initiative de l’alliance anti corrida, avec la Confédération des S.P.A. de France, l’Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs, la Fondation assistance aux animaux, la Fondation Brigitte Bardot…

Code vestimentaire : noir et blanc exclusivement.
Consigne : marche silencieuse, calme et digne.
Rassemblement à 14 heures devant la gare de Nîmes.
Nicole Bacqué y sera. Et vous ?

Si vous êtes certains d’y être aussi, pour que nous puissions éventuellement vous transmettre des éléments d’organisation et pour que nous puissions aussi nous compter, faites le nous savoir, par courrier postal ou par e-mail adressé à marche24032012@free.fr en nous adressant le message suivant :

« Marche pour les animaux, à Nîmes, le 24 mars. J’y serai.
Prénom et nom :
Adresse complète :
N° de téléphone :
Je suis (ou je ne suis pas) adhérent de la Société pour la Défense des animaux »

On peut acheter le tee shirt « Ma voix pour les animaux » (noir avec lettres blanches) en s’inscrivant au refuge, aux heures d’ouverture, pour le prix de 8 €, avant le 28 février. Il faudra revenir au refuge quelques jours avant la marche pour récupérer le tee shirt commandé.

Nos voix pour les animauxNous vous invitons vivement à consulter le site  nos-voix-pour-les-animaux.fr pour de plus amples informations.

Campagne 2011 contre les abandons d’animaux

Affiche abandonUn chiffre, un seul, pour évoquer une réalité consternante : chaque année, 200 000 animaux de compagnie sont abandonnés en France.

Tous ces animaux, dont les maîtres se désintéressent et cessent brusquement d’assumer leur responsabilité, se retrouvent alors dans un box ou une cage au sein d’un refuge.

De quoi sont donc coupables toutes ces bêtes qui purgent une peine d’enfermement qu’on espère pas trop longue ? Qu’ont-elles fait pour mériter ce triste sort ? Que leur reproche leur maître pour leur imposer ce choc affectif et cette rupture définitive avec la vie à laquelle elles sont habituées ? Ce chien, ce chat est-il puni d’être trop fidèle et d’aimer son maître plus qu’il ne s’aime lui-même ? Non seulement l’homme ne lui rend pas cet amour et cette dévotion, mais il le place dans une situation qui est vécue comme une punition par l’animal. Pourtant, il est innocent, il ne mérite par d’être rejeté et mis à l’écart !

Il ne peut pas s’exprimer ; c’est pourquoi la S.P.A. de Dijon, affiliée à la Confédération des S.P.A. de France, le fait pour lui.

Pour aider l’association, on peut se procurer l’auto-collant de la campagne, qui est disponible au refuge des Cailloux, à Dijon. On peut aussi se le procurer contre un don de 2 € minimum adressé à : S.D.A., B.P. 42737, 21027 Dijon cédex, accompagné d’une enveloppe timbrée aux nom et adresse du destinataire. Chaque auto-collant vendu représente une journée de nourriture pour un animal abandonné.

Protestation contre le classement de la corrida au patrimoine immatériel français

Cette lettre a été adressée, le 26 avril 2011, par Anne-Marie Hasson, Présidente de la Confédération des S.P.A. de France, à M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, à M. François Fillon, Premier Ministre et à M. Frédéric Miterrand, Ministre de la Culture.

«Monsieur le Ministre,

Alors que le maire de Fréjus cesse de donner des corridas dans sa ville, que soixante- quinze députés français demandent leur abolition, que la Catalogne a aboli ces pratiques barbares en juillet 2010 et que l’Equateur organise un référendum à ce sujet, la France est aujourd’hui le seul pays à avoir inscrit à son Patrimoine immatériel une activité réprimée par le code pénal sur son territoire sauf, par dérogation, dans une soixantaine de villes.

Comment un ministre de la Culture, chargé de rendre accessible au plus grand nombre les oeuvres capitales de notre peuple et de favoriser la création des oeuvres d’art, peut-il décemment encourager une survivance archaïque qui consiste à torturer à mort un animal dans une arène ? D’autant que la corrida a été introduite en France il y a 160 ans. Ce n’est donc en aucun cas une tradition française !

Selon l’Alliance Anticorrida, le ministère fait état d’une décision prise par une “commission indépendante”. Or les “personnes rencontrées” mentionnées sur la fiche type d’inventaire du patrimoine immatériel de la France sont toutes des personnalités essentiellement connues dans le milieu tauromachique ! Pourquoi ne pas avoir pris l’avis de spécialistes et philosophes opposés au spectacle d’un taureau torturé à mort dans une arène comme Jean-François Courreau, professeur de zootechnie, Albert Jacquard, généticien, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et Michel Onfray, philisophes, membres d’honneur de l’Alliance Anticorrida ?

Force est de constater qu’il s’agit là d’une décision totalement arbitraire et partisane qui donne une image rétrograde et passéiste de mon pays. C’est la raison pour laquelle je vous demande de bien vouloir annuler cette inscription qui jette l’opprobre sur notre pays.

Salutations distinguées».

Vous pouvez vous inspirer de cette lettre pour écrire à votre tour. Agissez comme bon vous semble : recopiez la lettre ou apportez-lui les modifications qui vous semblent utiles ou formulez votre pensée avec vos propres mots et vos propres phrases. Ce qui compte, c’est que vous fassiez part de votre indignation. Alertez vos amis, mobilisez votre entourage, il faut absolument obtenir l’annulation de cette décision. Mais il convient de rester poli et courtois, faute de quoi nous pourrions nuire à la cause que nous voulons défendre.

Voici le texte de la lettre qui a été adressée par notre présidente, Nicole Bacqué, à M. Frédéric Mitterand, le 30 avril 2011 :

Monsieur le Ministre,

L’assemblée générale ordinaire de notre association s’est tenue le 29 avril dernier et je m’empresse de porter à votre connaissance la motion qui a été votée à l’unanimité lors de cette réunion :

« Les adhérents de la Société pour la Défense des Animaux de Bourgogne et de Franche-Comté, profondément choqués par la décision de classer au patrimoine immatériel français la pratique barbare de la corrida, demandent avec véhémence à M. Frédéric Miterrand d’annuler au plus vite cette mesure indigne, qui fait fi de la souffrance infligée volontairement à des êtres vivants, flatte les instincts humains les plus vils et tend insidieusement à présenter la cruauté, la violence et l’absence de compassion comme des valeurs reconnues par notre société.

Ils se demandent par ailleurs comment, dans une démocratie, une telle décision a pu être prise au profit d’une infime minorité d’amateurs de spectacles dégradants, sans tenir compte du fait que les français sont majoritairement opposés à la corrida, et sans consultation préalable des organisations nationales de protection animale ».

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma profonde déception.

Une lettre a été adressée aux 5 députés de la Côte d’Or et au Président de la République. Nous publions ici les réponses reçues :

155315541555155615571552

15 janvier 2012
Bonne nouvelle ! L’inscription de la tauromachie au patrimoine français n’est pas passée…

Le tollé provoqué par le classement de la corrida au patrimoine immatériel français et la multiplication des démarches des associations de protection animale et des particuliers a contraint les pouvoirs publics à se définir clairement.

Finalement, les promoteurs de corrida, qui visaient le patrimoine culturel de l’humanité à l’Unesco ont été pris à leur propre piège : les spectacles taurains ne bénéficieront jamais du taux réduit de la TVA tant espéré par nos adversaires et le dossier qui devait être présenté par l’Observatoire des cultures taurines restera définitivement au fond d’un tiroir !

Campagne nationale d’information des consommateurs sur la réalité des pratiques d’abattage des animaux

Pétitionscarte

Des cartes postales destinées au Premier Ministre et lui demandant de mettre un terme à la dérive de l’abattage sans étourdissement sont disponibles, gratuitement, à l’accueil du refuge, aux jours et heures d’ouverture. Faute de temps, et par souci d’économie, il ne nous est pas possible d’en envoyer par la poste.

Vous pouvez venir retirer une carte au refuge, ajouter en bas du texte vos nom, prénom, adresse et signature, puis coller un timbre et poster la carte.

Nous vous remercions de ne retirer une carte que si vous êtes absolument certain qu’elle sera envoyée.

Nous reproduisons ci-dessous le dépliant qui a été envoyé à tous nos adhérents avec la lettre d’appel des cotisations 2011.

122612271228

Pour plus d'informations, consultez le site : www.abattagerituel.com

Pour plus d’informations, consultez le site : www.abattagerituel.com

 

Cette lettre a été adressée par Nicole Bacqué, Présidente de la SDA? aux cinq députés de la Côte d’Or le 22 mars 2011.


Monsieur le Député,

Dans le cadre de la campagne nationale d’information des consommateurs citoyens sur la réalité des pratiques d’abattage des animaux, campagne conduite par huit associations nationales de protection animale et à laquelle nous nous associons avec conviction et détermination, je viens ici porter à votre connaissance notre indignation et nos demandes.

Nous dénonçons la cruauté de l’abattage sans étourdissement, qui inflige aux animaux une longue agonie et une souffrance inacceptable.

Nous dénonçons la dérive de l’abattage rituel : la dérogation à l’étourdissement des animaux instaurée en France par un décret de 1964 et une directive européenne de 1974 ne devait concerner qu’un faible pourcentage d’animaux pour une faible proportion de la population. Or, on assiste depuis quelques années à une dérive de l’abattage sans étourdissement, sans réaction des autorités de contrôle.

Nous demandons que toutes les méthodes d’abattage aient recours à l’insensibilisation de l’animal, l’abattage rituel pouvant se dérouler avec étourdissement, comme cela se fait déjà dans de nombreux pays.

Nous demandons qu’en attendant que soit instauré en France l’étourdissement de tous les animaux de boucherie sans exception aucune, un système d’étiquetage du mode d’abattage (avec ou sans étourdissement) soit mis en place.

Nous demandons que des mesures soient prises pour mettre fin à la dérive de l’abattage sans étourdissement et aux carences des contrôles en abattoirs.

Je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire connaître votre opinion sur ce sujet qui préoccupe au plus haut point les 3500 adhérents de notre association, et de m’indiquer ce que vous allez éventuellement faire en faveur de la cause que nous défendons.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Député, l’expression de mes remerciements anticipés et de mon profond respect.

Nicole Bacqué

Nous publions ici les réponses reçues :

15491550

154715481551

1 | 2

FacebookTwitterGoogle+Email
Retour en haut